Sur cette page

COVID-19 : Ressources d’exercice

Cette page fournit des informations sur l’exercice infirmier en période de COVID-19. En plus des informations ci-dessous, l’équipe du Service Info-exercice de l’OIIO peut vous aider à répondre aux questions que vous pourriez avoir sur l’exercice de la profession infirmière. Veuillez consulter notre déclaration sur la qualité des soins dans la section Normes et directives professionnelles de ce site Web.

 

Pour des mises à jour sur les alertes et décrets actuellement en vigueur, veuillez consulter les ressources disponibles en cliquant sur les liens suivants :

 

Durant cette période difficile, tous les membres du personnel infirmier sont plus que jamais sollicités. Il est important de ne pas oublier que votre santé et votre bien-être restent une priorité. Les ressources suivantes offrent du soutien en santé mentale :

 

Il incombe à toutes les infirmières de... 

  • Intervenir lorsque la sécurité du patient risque d'être compromise. Cela comprend d’identifier des stratégies visant à se préparer, minimiser et résoudre des situations où les patients risqueraient de ne plus bénéficier des soins infirmiers dont ils ont besoin. 
  • Adopter de manière exemplaire les directives de santé publique qui permettent de préserver la sécurité des patients.
  • Avec l’autoréflexion, déterminer leurs besoins d’apprentissage et actualiser de manière active leurs connaissances et leurs compétences, dans un souci de maintien de la compétence.
  • Exercer conformément aux normes d’exercice et directives professionnelles de l’OIIO durant la pandémie. Toutefois, en cas de contradiction entre les exigences des mesures de réouverture du gouvernement de l’Ontario et celles d’une norme ou directive de l’OIIO, alors le décret du gouvernement prime tant qu'il est en vigueur.

Si vous avez des questions sur vos obligations redditionnelles lors de la prestation de soins à des patients atteints de la COVID-19, veuillez remplir et soumettre le formulaire d’accueil du service Info-exercice.

Ressources additionnelles : 

 

Qui peut réaliser un test de dépistage de la COVID-19 au point de service?

Le ministère de la Santé a créé une exemption dans la Loi de 1990 autorisant des laboratoires médicaux et des centres de prélèvement pour permettre à toute personne de réaliser un test de dépistage de la COVID-19 au point de service. Toute personne effectuant un test doit suivre les instructions figurant sur l'étiquette du produit et/ou recevoir une formation pour s'assurer qu'elle administre le test correctement.

Tests au point de service impliquant des actes autorisés :

Les infirmières praticiennes (IP) sont autorisées à effectuer et à ordonner des tests au point de service impliquant un acte autorisé, tels que des prélèvements nasopharyngés. 

Les infirmières autorisées (IA) et les infirmières auxiliaires autorisées (IAA) ont besoin d'un ordre ou d'une directive d'un prestataire autorisé (c'est-à-dire un médecin ou une infirmière praticienne).

Un prestataire de soins non réglementé (PSNR) devra obtenir une délégation d'un prestataire de soins de santé autorisé (IA ou IAA, par exemple).

Liens pertinents :

 

La principale obligation redditionnelle des infirmières est envers les patients. Au moment de décider si vous allez prodiguer des soins dans une situation particulière, laissez-vous guider par votre jugement professionnel et suivez un processus de prise de décision fondé sur l’éthique.

Nous reconnaissons que l'on demande aux infirmières d'en faire plus, y compris de faire des heures supplémentaires, de couvrir des quarts de travail supplémentaires et de travailler dans de nouveaux milieux d’exercice, peut-être en dehors de la zone de confort de l'infirmière. Les infirmières peuvent s'inquiéter du fait que refuser de travailler pourrait être considéré comme un abandon de poste.

Tout d'abord, il est important de se rappeler comment l'OIIO définit l'abandon.

Il y a abandon lorsqu'une infirmière a accepté une mission et interrompt les soins :

  • sans que le patient demande l'arrêt des soins;
  • sans organiser des services alternatifs ou de remplacement appropriés; ou
  • sans permettre une possibilité raisonnable de fournir des services alternatifs ou de remplacement.

Au moment de décider d’accepter ou de refuser une affectation ou d’interrompre des services infirmiers, vous devez :

  1. Évaluer le risque potentiel pour vous et vos patients, en fonction des circonstances et de votre milieu d’exercice. Continuez à travailler dans le cadre de vos connaissances, de vos compétences et de votre jugement. Cela comprend de réaliser une évaluation des risques sur le lieu des soins et de faire part de toute préoccupation que vous pourriez avoir concernant votre propre santé.
  2. Utiliser diverses sources basées sur des données probantes afin d’éclairer votre prise de décision, ainsi que prendre en compte le contexte de la situation.
  3. Faire part de vos préoccupations à votre employeur. Vous devez informer votre employeur de la possibilité que vous refusiez une affectation, en lui expliquant pourquoi, puis vous devez tenir compte de la réponse de votre employeur. Si, après l’avoir fait, vous décidez de refuser l’affectation, assurez-vous alors qu’un autre soignant est disponible ou accordez un délai raisonnable pour permettre la mise en place de services alternatifs ou vous trouver une remplaçante.
  4. Documenter votre processus de prise de décision, vos initiatives et votre décision.
  5. Reconnaître qu'en raison de la pression exercée sur le système de soins de santé, on demande aux prestataires de soins de santé, y compris les infirmières, de faire preuve de souplesse et d’adaptabilité, comme jamais auparavant.
 

En qualité d’infirmière, vous devez vous assurer d’avoir les connaissances, les compétences et le jugement, ainsi que l’autorisation nécessaires avant d’exécuter toute activité ou intervention.

Si vous êtes affectée dans un domaine d’activité qui ne vous est pas familier alors :

  • Exécutez des activités pour lesquelles vous êtes compétente.
  • Trouvez des façons de combler vos besoins d’apprentissage propres au nouveau milieu d’exercice.
  • Discutez de vos compétences et responsabilités attendues avec votre employeur.
  • Demandez conseil, collaborez et soutenez votre équipe soignante afin de garantir des soins sécuritaires aux patients et collaborez avec d'autres experts en soins de santé pour améliorer les soins de vos patients.

Liens pertinents :

 

Déclaration des décès liés à la COVID-19 par les IP

Lorsqu'on remplit des certificats médicaux de décès, il est très important de faire une distinction claire entre les décès qui sont directement causés par la COVID-19 et les décès où la personne peut avoir été testée positive à la COVID-19, mais où le décès résulte d'une autre cause primaire.

Les IP qui signent des certificats médicaux de décès causés par une maladie importante sur le plan de la santé publique, ou pour lesquels la maladie importante sur le plan de la santé publique constituait une cause secondaire de décès, ont l'obligation légale de signaler ces décès à leur médecin-hygiéniste local.

Délivrance par les IP d’exemptions médicales à la vaccination contre la COVID-19

Les IP doivent savoir que, selon les directives du ministère de la Santé, il existe très peu de motifs acceptables pour accorder une exemption médicale à la vaccination contre la COVID-19. Par exemple :

  • le patient présente des réactions allergiques graves ou des effets indésirables (anaphylactiques) à une dose antérieure de vaccin contre la COVID-19 ou à l’un de ses composants, ne pouvant être atténués
  • Le patient a eu un épisode de myocardite/péricardite diagnostiqué après la réception d’une première dose d’un vaccin à ARNm1

Pour se conformer aux directives du Ministère, les IP doivent clairement documenter toute exemption médicale, y compris la raison pour laquelle le patient ne peut pas être vacciné et la durée effective de la raison médicale (permanente ou limitée dans le temps).

Vous trouverez des informations supplémentaires dans le document d'orientation du ministère de la Santé intitulé Exemptions médicales à l’immunisation contre la COVID-19.

Page mise à jour le 13 juin, 2022
Dans ce contenu, le féminin est employé sans préjudice et désigne les hommes aussi bien que les femmes.